Depuis 1987, plus de 350 missions ont été effectuées par des qui ont travaillé bénévolement dans les centres OSF. La durée des missions varie de 15 jours à 1 an en fonction des disponibilités des expatriés. Avant que les centres ne deviennent autonomes vers 2005, elles se succèdaient de façon régulière afin d'assurer un fonctionnement continu.

Actuellement , deux ophtalmologistes camerounais seulement travaillent dans le Nord, aucun dans l’Extrême Nord. Devant les difficultés à recruter des ophtalmologistes dans les centres isolés, les médecins OSF ont formé plusieurs infirmiers locaux à l'ophtamologie médicale et chirurgicale. Ces derniers bénéficient ainsi d'une formation continue depuis plus de 5 ans. Leur enseignement est complété à l'école de l’IOTA ou à l’école des Infirmiers spécialisés de Yaoundé (créée en 2009).

Dans chaque centre OSF, l'équipe est composée de un ou plusieurs infirmiers, un aide-soignant et un interprète. Ils travaillent exclusivement en ophtalmologie, certains depuis le début de la mission en 1987.

Un logisticien basé à Garoua s'occupe de l'accueil des expatriés et de l'approvisionnement des centres. Il assure aussi l'entretien du parc automobile. Il rend régulièrement visite aux équipes et vérifie la comptabilité de chaque centre. Le logisticien – administrateur est un maillon essentiel car il est le relais entre le siège en France et les centres. Outre l’aspect purement logistique, il est aussi responsable des aspects financiers, administratifs, relationnels, communication, etc. Il est secondé par un qui l'aide aussi dans la réception des médicaments, leur envoi dans les centres et des tâches administratives diverses.

Les principaux troubles de réfraction sont l’hypermétropie, la presbytie et plus rarement l'aphakie. Les patients peuvent se procurer des verres correcteurs bon marché dans les centres ou à proximité d’une autre ONG, Opticiens Lunetiers Sans Frontières (à Kousseri, Maroua, Lagdo et Yagoua).

La chirurgie ophtamologique pratiquée est principalement celle de la cataracte. Elle est réalisée « »par les infirmiers spécialisés : utilisation d'un microscope, chirurgie extracapsulaire manuelle, utilisation de monofilament 10/0, et dans la quasi totalité des cas. De même la est pratiquée dans certains centres.

La formation du personnel soignant est l'une des priorités d'OSF. Elle est assurée par les , des ou qui, lors de leur séjour, donnent des cours théoriques et pratiques. Des sont ainsi organisés plusieurs fois par an, traitant de sujets très variés : ophtalmologie tropicale, ophtalmologie européenne, chirurgies adaptées ou de pointe...

La force des équipes OSF est l’autoformation : les chefs de centres forment les plus jeunes de leur équipes à la consultation et la chirurgie, eux mêmes supervisés par des ophtalmologistes en mission.

ont vu le jour à Lagdo, Kolofata et Kousseri. Les chefs de centres enseignent la chirurgie à des infirmiers TSO venant de l’Afrique francophone et travaillant déjà dans des zones dépourvues d’ophtalmologistes. Le cursus dure 1 an. Le centre de Lagdo est spécialement dédié aux stages de chirurgie des médecins résidents en ophtalmologie de la Faculté de Médecine de Yaoundé. L’infirmier chef de centre leur apprend comment opérer selon une courbe d’apprentissage bien définie.

Le suivi post-opératoire est difficile en Afrique. Venant parfois de très loin, les patients hésitent à revenir pour les contrôles. En moyenne, 85% reviennent à 8 jours, 45% reviennent à 1 mois ce qui a permis d'évaluer certains résultats chirurgicaux.

En Afrique, la prévention de maladies comme l'avitaminose, le glaucome, le trachome passe par l'information la plus large des patients. Des ont été conçues afin de sensibiliser les villageois lors des campagnes de vaccination et à l'hôpital ou au dispensaire dans les salles d'attente.

csancienpt
csinfirm1pt
groupelagdopt
logistiquept
avpt
chircatapt
formchir1pt
forminfoppt
techniqueetudiant1pt
aveuglept
affichespt